Information du : 26/07/2021

La Cravate : rencontres avec Mathias Théry et Etienne Chaillou

Après le ludique et pertinent "La Sociologue et l'ourson" consacré à la loi du Mariage pour tous et au ramdam mediatico-social qui l'a entouré, Mathias Théry et Etienne Chaillou sont de retour avec un nouveau documentaire tout aussi politique, "La Cravate", dans lequel ils nous invitent à suivre Bastien, un militant du Rassemblement National. Un vrai film de cinéma dont le dispositif savant nous invite à mieux comprendre les processus d'adhésion à l'oeuvre autour de ce parti extrémiste. Et comme nous avons deux réalisateurs, nous avons deux tournées, soit huit occasions en tout de venir rencontrer et échanger avec les auteurs de ce documentaire singulier et passionnant.

Bastien a vingt ans et milite depuis cinq ans dans le principal parti d’extrême-droite. Quand débute la campagne présidentielle, il est invité par son supérieur à s’engager davantage. Initié à l’art d’endosser le costume des politiciens, il se prend à rêver d’une carrière, mais de vieux démons resurgissent...

Étienne Chaillou : L'envie de filmer des jeunes politiques est née pendant les tournages à l’Assemblée nationale pour La Sociologue et l'ourson. Nous croisions au café de l'Assemblée des jeunes de vingt ans, habillés en costard, parlant déjà comme des vieux routiers de la politique. Nous nous sommes dit qu’il serait intéressant de les suivre. Mathias a ensuite réalisé un film documentaire télévisé pour une collection que je dirigeais, sur des jeunes qui votent pour la première fois. Il a rencontré Bastien à cette occasion, ainsi que d’autres jeunes Amiénois. Après ce projet, il m'a dit que Bastien pouvait grimper dans la hiérarchie du FN et il m’a proposé de réfléchir à un film sur lui. La montée des partis nationalistes est un fait qui nous préoccupe beaucoup.

Mathias Théry : Dès le départ, nous lui avons dit : « Ce que nous voulons connaître, ce n'est pas uniquement le parti, mais c'est ta vie en général. On veut faire un portrait de toi plus complet ». Nous voulions nous intéresser au processus d’adhésion à ce parti qui nous inquiète. Pourquoi des milliers d’individus qui ne sont certainement pas tous des salauds finissent par se retrouver à hurler ensemble « on est chez nous », et à s’imaginer qu’une Marine Le Pen peut leur ouvrir un monde meilleur ? Comprendre quelle avait été sa vie pour qu’à vingt ans Bastien soit si engagé, quelles étaient les racines de son engagement et quelle place le parti était venu prendre dans sa vie intime. Donc, il était logique qu'on aille le filmer avec ses amis, au Laserquest, dans son appartement, parfois même lorsqu’il dort dans son lit.

(...) Nous avions compris que parler frontalement d’un parti que l’on souhaite combattre pouvait être contreproductif. Nous avons décidé que ce serait le destin de Bastien qui nous donnerait des clés de compréhension du parti d’extrême droite et non l’inverse. Chaque étape de sa relation au FN (besoin d’autorité, quête de respectabilité, dissimulation des vieux démons, etc.) nous renseigne sur le parti lui-même. Cela a déterminé notre manière de filmer : il fallait s’emparer du langage de la fiction et, bien que nous filmions en immersion, rester calme dans la cohue, poser des cadres larges destinés au grand écran, éviter la caméra à l’épaule, penser comme pour un livre d’images ou un roman photo en accumulant les plans et les détails nécessaires à un récit de cinéma muet."

- Extraits du dossier de presse

"Voilà un film totalement fascinant qui s’introduit, grâce à une sorte de mise en roman du long-métrage lui-même, dans la tête d’un jeune militant du Rassemblement National, aussi attachant et sincère, que son idéologie est détestable." (àVoir-àLire)

" Singulier et intelligent dans son approche, un film politique essentiel. " (Bande à part)

" Ce documentaire offre un éclairage sur les rivalités du parti et le décalage entre ses cadres et la base. Mais sa plus grande réussite tient au choix d’explorer l’intime pour raconter la politique. " (Le Journal du dimanche)

" Fin, intelligent, original, le film est fascinant par son approche quasi romanesque (voix off, pas de dialogues) et le sentiment d’être dans la tête de Bastien. C’est du cinéma politique, et du meilleur. " (Le Nouvel observateur)

" C'est parfois savoureux, drôle, avant que les enjeux du film ne soient bouleversés par une terrible révélation. Et ce n'est pas moins enthousiasmant. " (Le Parisien)

"Un grand film documentaire au souffle romanesque. Grâce à l’intelligence de sa mise en scène, au regard constamment clairvoyant sur ce qu’il regarde, le tandem livre un grand film d’aujourd’hui. " (Les Inrockuptibles)

" Alternant scènes sur le vif tournées lors de la dernière campagne présidentielle et témoignage à froid recueilli un an plus tard, La Cravate trace de façon édifiante le portrait d’un jeune homme ordinaire, intelligent, revanchard et prudent, parfaite incarnation de la « dédiabolisation » en marche de l’extrême droite. " (Première)

"Outre qu’il imprègne le projet d’une certaine équité — Bastien a son mot à dire sur la façon dont il est portraituré —, il permet d’éclairer avec une rare finesse le parcours (marqué par un incident spectaculaire, que nous ne déflorerons pas) d’un militant d’extrême droite. " (Télérama)

LA CRAVATE

Un film de Mathias Théry et Etienne Chaillou
France - 2019 - 1h37
Soutien GNCR

LES INVITES :
MATHIAS THÉRY
ÉTIENNE CHAILLOU

Étienne Chaillou et Mathias Théry se sont rencontrés dans les ateliers de l’École Nationale Supérieure des Arts Décoratifs de Paris où l’un s’était spécialisé en cinéma d’animation et l’autre en vidéo. Ils réalisent la plupart de leurs films ensemble depuis 2006, prenant en charge l’écriture, le tournage, et le montage. Ils aiment s'appuyer sur une observation du réel et explorer diverses formes de narration, en utilisant notamment le dessin animé, la photographie, la peinture, ou la marionnette.

LES RENCONTRES

Avec Etienne Chaillou

Avec Mathias Théry